Les c..... molles

Publié le par Vladimir Bukolic

En français, tous les chemins mènent à la grossièreté...
Une 7e classe (1ère en France) avec que des filles. Lors d´un cours précédent, avec cette classe, j´en étais venu à expliquer qu ´en français, on peut dire "avoir la gueule de bois" pour "avoir trop bu la veille et le regretter amèrement tellement ça cogne la dans la tête et putain c´est dimanche et j´ai plus d´ibuprofène" (j´ai peut-être formulé un peu plus simplement quand même). Il m´a bien fallu cinq minutes pour arrêter leurs vils sarcasmes sur notre belle langue. "ahahahah ! La gueule de bois ! Ahahah !" Je me demande pourquoi ils rigolent : y´a rien de drôle.  Eux ils disent bien "avoir un chat" pour la même définition. On s´est donc promis cette semaine là que le cours suivant, on ferait une "spéciale expressions imagées".
Donc je leur fais faire les exercices que j´ai préparés, la prof est au fond de la classe, comme d´hab, tout se passe bien. Et puis mon puits expressionniste vient à se tarir, alors je demande à ces demoiselles de me citer des expressions du cru, des vraies qui sentent l´Autriche. Comme souvent sur des questions qui demandent une réaction rapide sans réflexion préalable, les réponses sont rares et les regards fuient. Alors la prof apporte sa pierre : "Chez nous, on dit ein "weich ei " (oeuf mou) de quelqu´un qui a peur, un lâche. Vous avez ça chez vous ?"
Je n´ai pas besoin de réfléchir longtemps pour que m´arrive la réponse. Oui, mais voilà, c´est mal, c´est impoli, c´est outrancier, c´est politiquement incorrect... Mamma mia ! "Oui nous avons ça, lui réponds-je, mais je ne crois pas que je puisse le dire". Je la regarde. Sourire entendu. Pas si entendu que ça, il semblerait : "Si tu peux pas le dire, alors écris-le au tableau." Au tableau ?! Devant tous les élèves !? Et ils vont le noter ! Et leurs parents vont lire leurs cahiers ! Merde, j´aurais dû le dire ! "Tu es sûre que...?" "Oui oui, vas-y"
Je saisis la craie en tremblant et la pointe vers une partie vierge du tableau. La courbe du "C" commence à apparaître sous mes doigts, suivie d´un "O" qui, pour l´instant ne prête pas à quelque malsaine interprétation. En traçant le "U", par contre, j´ai une première sueur froide. J´imagine le regard encore neutre de la prof quelques minutes avant se transformer en lance-flammes. Et si elle se jetait sur moi et me plantait un couteau dans le dos pour empêcher un crime encore plus grave de ma part ? Je ne pourrais rien faire, je serais sans défense, ne pourrais même pas voir la mort en face ! Et si ce mot, ces lettres étaient les derniers d´une vie qui ne fit que de jouer avec. Au "I", ce sont Charlemagne et Jules Ferry qui viennent me tourmenter. Je les vois déjà, le premier dictant un texte en latin au second, détachant clairement chaque syllabe comme dans une dictée de l´école primaire. Je peux saisir chaque mot. Il est question de mon arrêt de mort pour "manquement grave à l´éthique pédagogique et mauvaise représentation de l´image de la France". Au premier "L", ils se tournent vers moi et me signifient de formuler ma dernière volonté. Dernier "L", dernière cigarette, elle passe si vite que je n´ai pas le temps de tirer une taf. Puis le "E" et "M", "O", "L", "L", "E". Et...
Rien. Bizarre personne ne réagit derrière. Pas même la prof... Faut dire qu´elle s´en fout, elle, c´est pas sa langue ! Elle s´est jamais fait engueuler par sa mère, parce qu´elle lui a fièrement sorti ce mot le premier jour où elle l´a appris à l´école. Elle a jamais soufflé ce mot à l´oreille d´un garçon lors d´une séance de gymnastique nocturne. Mais faut penser à ma sensibilité de petit Français, merde !

 

                                                      

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Je vois que l'Infâme Vladimir Bukolic (appelé IVB) cache soigneusement l'existence de mon contre blog qui démontre la fatuité de Complétemnt à l'Est. Voyez donc le blog Pas du tout à l'Ouest : http://pasdutoutalouest.over-blog.com .
Répondre
L
Tout à fait d'accord avec toi, son indifférence me choque également !
Répondre
M
... Et si tu avais eu à expliquer l'étymologie de "espèce de con", imagine l'embarras devant une garnison de filles..!
+ de + sur le lien du site
ps : je te souhaite donc un grand avenir !
Répondre