Dico errare est

Publié le par Vladimir Bukolic

Tout prof de langue qui se respecte bannira d´office l´utilisation du dictionnaire. « Si tu ne connais pas ce mot, formule ton idée autrement. », qu´ils disent. Autrement dit : « Petit con, je t´ai pas assez appris de vocabulaire ?! Ose dire ça à ton prof, ton dieu des langues ! Tu as besoin d´une autre référence, c´est ça ?! Vous êtes une génération de pourris-gâtés ! » Dans la pratique, cette directive induite permet de créer des groupes nominaux intéressants affublés de subordonnées tout aussi intéressantes et pas lourdes du tout dans le style. Mettons que toi, cancre de lecteur, ne parviens pas à trouver le mot « blé ». Bien sûr, pour ne rien arranger, ton prof a décidé qu´il TE ferait parler à ce cours où justement tu aimerais te remettre de ta soirée agitée de la veille en piquant un petit somme sur ton bureau. Alors il insiste pour que tu essaies de « le dire autrement » (tiens ça me fait penser à un slogan présidentiel…) :
_ Tu peux parler de « céréale utilisée pour la farine ». Pas super précise mais au fond qui connaît les différences entre ces trucs végétaux qui poussent à la campagne.
_ Tu ne connais par le mot « céréale » ? Qu´à cela ne tienne, parle donc d´une « plante utilisée pour la farine et qu´on trouve dans les champs ». 12 mots pour 1… pas si mal !
_ Je vois, tu t´es reposé sur tes acquis et n´as pas appris une liste de vocabulaire depuis 3 ans, donc le mot « champ » est autant une énigme pour toi que le mot « environnement » pour un président des Etats-Unis. Eh bien parle donc de la « plante utilisée pour la farine et qu´on trouve dans des grands espaces de terre »
_ Tu ne connais pas le mot « terre » ? Tu sais, dire « Je m´appelle Nicolas » et « j´ai 13 ans », c´est déjà pas mal pour une première année.
L´absence de dictionnaire est également un manque terrible lorsqu´il s´agit de parler de sexe. Des expressions courtes et lapidaires ont été inventées pour nous épargner une explication ou une description pénible de l´action ou de la situation taboue (et naturellement postérieure au mariage) en question. Expressions qui échappent au champ de l´enseignement (les personnages dans les livres de langue de nos chères têtes blondes sont tous aussi asexués que Tintin) et réservent aux discussions de sexe le domaine purement national. Toutefois, pour les coquins qui s´obstinent à vouloir communiquer sur le sujet, il reste tout de même l´anglais dont les acteurs pornos aidés des rappeurs US nous donnent un panel varié et raffiné (bitch, fuck, suck my d…) et les divers gémissements (ou éructations selon les personnes) riches en nuances dont on saisit rapidement le sens. De toutes façons, on va pas s´embarrasser d´un dictionnaire (même de poche) au lit : le langage du corps n´a pas besoin de son homologue articulé pour que la communication soit optimale et brûlante. Mais je diverge (non je l´ai pas dit) de mon sujet de départ : l´utilisation du dictionnaire à l´école. Les enseignants ne sont pas tous hostiles à l´utilisation de ce sésame. Les profs autrichiens sont parfois même les premiers à en conseiller l´utilisation. Et ça donne le premier opus de ma rubrique « Dico errare est ». Imaginez-vous une fille de terminale qui, dans un devoir, a pour consigne d´écrire un texte vantant sa région. Alors elle parle des hautes montagnes, des lacs bleus et des « chéris culturels ». S´agit-il d´une agence matrimoniale qui loue des hommes aux touristes de sexe féminin pour leur faire visiter la ville ? Et ces dernières pourraient acheter leur guide si elles en sont satisfaites. J´en vois déjà qui salivent (et pas que des femmes) mais comme vous le savez, ici tout commence et tout finit dans ce gros livre que personne n´a lu de A à Z et qui peut contenir deux langues à lui seul. Et dans le livre en question qu´a utilisé mon élève, on apprend que le « trésor » peut aussi bien être humain que culturel.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Je vois que l'Infâme Vladimir Bukolic (appelé IVB) cache soigneusement l'existence de mon contre blog qui démontre la fatuité de Complétemnt à l'Est. Voyez donc le blog Pas du tout à l'Ouest : http://pasdutoutalouest.over-blog.com .
Répondre
C
Pour faire ma prof sérieuse et rasoir de base, je suis tout à fait d'accord avec la condamnation de cette absurdité qui interdit non seulement l'usage du dico, mais aussi la traduction en cours de langue. On en voit les dégâts avec des générations de français nuls langues étrangères. Comment progresser sans vocabulaire nouveau ? Il est insensé de vouloir calquer l'apprentissage d'une langue étrangère à 10 ans passés sur le processus d'acquisition de la langue maternelle utilisé par les jeunes enfants.
Répondre
L
Avec ou sans dico, du moment que j'ai le choix dans la date... (Ok, je sors...)
Répondre