La rhétorique, c´est magique !

Publié le par Vladimir Bukolic

Nous sommes en 2014 et une nouvelle mesure vient d´être annoncée par le président réélu Sarkouzu. Une interview à peine fictive réalisée par notre confrère Modeste Kritik :

Modeste Kritik : Alors Monsieur Sarkouzu bonjour. Merci d´être l´invité de notre émission d´aujourd´hui. L´annonce de votre nouvelle mesure emprisonnant toute personne d´origine étrangère critiquant votre politique a naturellement provoqué de nombreuses réactions.

Sarkouzu : Naturellement lorsqu´on réforme, on rencontre toujours des réactions, parfois positives, parfois négatives. La force d´un homme d´Etat, c´est de savoir aller au delà et de mettre en pratique ce que la gauche n´a pas été capable de réaliser en plusieurs années de gouvernement.

MK*Les réactions ne viennent pas seulement de la gauche mais aussi de votre camp. On qualifie vos pratiques de „dictatoriales“...

S_ Dans ce pays, on aime à brandir des grands mots et des concepts passéistes pour mettre des bâtons dans les roues de ceux qui veulent réformer. Mais puisque vous employez le mot dictature, je vous prends au mot. Qui subit une dictature acutellement ? Ce sont ces Français qui, au quotidien, sont sans cesse harcelés par la peur. Voulez-vous d´un pays où règne la peur à chaque coin de rue ? Les Français ont-ils mérité d´être traité à l´intérieur de leurs frontiéres comme s´. Moi Monsieur je vois le retraité allant acheter son pain avec la peur au ventre, je vois l´ouvrier qui se rend au travail avec la crainte perpétuelle d´une agression, je vois la mère qui a peur pour ses enfants.

MK*Je ne vois toujours pas le lien entre critique de votre politique et sécurité des Français.

S_ Il y a un besoin de sécurité chez les Français qui est clair et qui est exprimé par les sondages. Le seul moyen de leur redonner ce sentiment, c´est de rétablir le respect. Il s´agit d´une valeur fondamentale inhérente à la République. Et le rétablissement de cette valeur passe par le respect de la République, de l´Etat, de l´Institution et de ses représentants.

MK*Pourquoi faire deux poids deux mesures ? Les Français de souche auraient plus de droit à la critique que les autres ?

S_ Prenez une famille d´origine étrangère qui reçoit déjà de nombreuses allocations de la part de l`Etat, à qui on fournit un travail, des papiers et un toit. Ces gens sont-ils en position de critiquer des Institutions à qui ils doivent tout ? Ce serait naturellement d´une totale ingratitude vis-à-vis de la République qui les a pris sous son aile. Issu d´une famille qui a bâti la France depuis des générations, un Français de souche a bien plus voix au chapitre concernant le fonctionnement de la République.

MK*Mais la prison, c´est tout de même sévère pour une simple opinion ! Ce sont des pratiques qui...

S_ Vous pouvez pratiquer l´angélisme et le laisser-faire propre à la gauche et laisser dire et faire n´importe quoi sur le territoire français. C´est une méthode qui a été essayé par la gauche et n´a visiblement pas porté ses fruits. Ou bien vous pouvez opter pour la fermeté qui redonne confiance aux Français en leur pays ainsi qu´un sentiment de sécurité. Car la première liberté, c´est la sécurité ! Entre ces deux chemins, mon choix est fait. Et il rejoint celui des Français.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
G

très beau pastiche de la rhétorique sarkozienne. Ça colle tellement bien qu'on se dit :" attention à une lecture éventuelle au premier degré"


Répondre
V


Merci ;-) Je crois que Claire Chazal, Michel Denisot et David Pujadas en seraient bien capables.



O

Ainsi, c'est toi qui prépare les discours de Sarkouzu???? Qui l'eût crû!


Répondre
V


C´est vrai, je suis son nègre. Par contre, je ne suis pas responsable de ses blagues, il y a des limites !



M

tu sais que ça fait peur ton truc!!!
moi j'ai besoin de sécurité en blogosphère, rétablissons le respect, cessons de parler de sarkophage, de sarkogénération, de sarkoptique 2012... °_°


non, en vrai, la rhétorique c'est magique... et pas qu'au cinéma...

le sophisme en particulier, lui, est un mode dont l'usage devrait être exceptionnel, et l'équipe de comm qui alimente l'équipe de con-citoyens élus en fait un usage suraigu (genre cinq formes
diverses dans la même phrase!)
si ce n'était qu'usant, lassant, ...
mais on dépasse le stade désabusé, on construit une génération de sophistes malappris ou malotrus -non ça sarcaustique qui fait mal au tru ...
et là, pour le cu, euh le cou, on n'est pas dans la m...


Répondre