Etre neutre ou ne pas être

Publié le par Vladimir Bukolic

Le lecteur qui n´est jamais venu en Autriche et n´en a jamais entendu parler qu´à travers les infos et les bouquins d´histoire doit bien l´avouer, le mot Autriche lui évoque vaguement une dépendance de l´Allemagne en plus montagneux et aussi plus nationaliste.

C´est vrai, en Autriche, on parle l´allemand mais ça n´empêche pas les Autrichiens de détester les Allemands. D´ailleurs pour avoir l´air moins « colonie » allemande, les Autrichiens parlent plus souvent le dialecte, un dérivé ch´ti de l´allemand. Si vous avez appris l´allemand, venez joyeusement le désapprendre en Autriche. Vous en repartirez avec quelques kilos supplémentaires et une foule d´expressions locales auxquelles tout bon Allemand réagira avec un sourire quelque peu gêné empreint de pitié et de dégoût. Aujourd´hui l´Allemand est encore considéré comme le voleur de montagnes, le profiteur de richesses naturelles qu´il avait qu´à avoir dans son pays, l´envahisseur d´université (je crois que j´ai rencontré plus d´Allemands que d´Autrichiens depuis que je suis arrivé à Vienne…)

Il faut les comprendre nos petits Autrichiens, ils n´ont pas eu franchement la vie facile. Peu avant l´avènement d´Hitler en Allemagne et la célèbre anschluss (60e anniversaire le mois dernier), le pays était déjà pris dans un étau entre les bandes armées nazies et un gouvernement social-crétin euh… chrétien autoritaire inspiré par le fascisme et qui supprimait petit à petit toutes les libertés individuelles. Au milieu de ce champ de bataille avant la vraie guerre, les sociaux démocrates, des vrais comme devrait l´être par exemple le PS aujourd´hui, combattaient pour défendre la démocratie, et il y a eu des dizaines de morts dans leurs rangs lors d´ affrontements contre les nazis et contre la police. Et quand l´Allemagne nazie a débarqué, y´avait rien à faire qu´à regarder et pleurer.

Depuis ce temps, l´Autriche réclame à corps et à cris le statut de pays neutre. D´ailleurs lors de la Coupe d´Europe qui se déroule en Autriche à partir de juillet prochain, le public local restera impartial. Personne ne soutiendra l´équipe nationale… et ça n´a rien à voir avec le niveau catastrophique de ladite équipe ! C´est par pure conviction. Chaque Autrichien, conscient de son devoir de neutralité applique ses principes à tout moment de sa vie. S´il se retrouve à l´épicerie face à deux variétés de bananes (origine Afrique du Sud, 1000 tonnes de pesticides et origine Gabon, 25 tonnes de pesticide), le bon neutriste choisira une égale quantité des deux fruits. Pareil pour les œufs. Entre la qualité 1 (poules libertaires), 2 (poules en lotissements qui travaillent 35 heures), 3 (poules en HLM qui travaillent plus pour gagner plus) et 4 (poules pondeuses décentralisées en Chine et à Guantanamo), l´Autrichien choisira alternativement les 4 variétés

, parce qu´il faut pas vexer les poules. L´alternance et l´équilibre sont perpétuellement dans son

esprit. Il a fallu du temps pour lui faire comprendre qu´il peut pas porter du S et du XL et que la neutralité, c´est pas possible dans l´achat des caleçons.

Le pire, c´est que l´Autriche veut être neutre mais elle blanchit même pas d´argent ! A quoi ça sert alors ? Alala ils ont encore beaucoup à apprendre, qu´ils observent la « neutralité » améri

caine, et ils comprendront qu´on se met toujours du côté de celui qui a du pétrole et des armes.

 

 

Campagne anti-nationaliste initiée par les Verts : "Donne ton drapeau à ton chien". Là, les Autrichiens, ils ont arrêté d´être neutres.

.

Publié dans L´Autriche

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Je vois que l'Infâme Vladimir Bukolic (appelé IVB) cache soigneusement l'existence de mon contre blog qui démontre la fatuité de Complétemnt à l'Est. Voyez donc le blog Pas du tout à l'Ouest : http://pasdutoutalouest.over-blog.com .
Répondre
J
La neutralité est l'illusion la plus trompeuse qui soit... On est jamais neutre : même le silence est un opinion...

Jovialovitch (un lecteur suisse)...
Répondre